Remise de médaille Jeunesse et Sport 2010

Médaille d'argent de la Jeunesse et des Sports à JM WATIEZ et M SCHAEFFER

Remise de la médaille d’Argent de la Jeunesse et des Sports
à Jean-Marie WATIEZ et Marc SCHAEFFER
Thionville, le 28/02/2010



La galerie photo de l'événement sur picasaweb http://picasaweb.google.com/savatelorraine


Nous sommes réunis aujourd'hui pour une célébration un peu exceptionnelle.

Il n'est pas rare de décerner à un bénévole la médaille d'argent de la Jeunesse et des Sports, qui vient récompenser 12 années de bons et loyaux services dans le domaine du des activités physiques et sportives.
Chacune des personnes ici présentes sait que chez Jean-Marie Watiez et Marc Schaeffer, cette condition des 12 années de bénévolat est remplie au moins deux ou trois fois.

Mais, ce qui est plus exceptionnel, sur quoi je souhaiterais insister, c’est plutôt la longue amitié entre deux passionnés de boxe française qui ont transformé la relation entraîneur-entraîné en une durable relation d'amitié. Une amitié de plus de trente ans, une amitié sportive et non politique, qui épargne toutes les mauvaises pensées, tous les coups bas. Mais peu nombreux, à l’exception des anciens, sont ceux qui savent qu’avec ces deux là, c’est un professeur et son élève qu’on célèbre. À tout seigneur tout honneur, commençons par le professeur, Jean-Marie Watiez, à qui Marc Schaeffer peut donc, comme dans la chanson, s'adresser en disant : « C'est mon ami et c’est mon maître ».

Jean-Marie WATIEZ

Jean-Marie Watiez est tombé en boxe française au milieu des années 70. Il a validé cette année sa 35ème année de licence. Jean-Marie est un des plus anciens fondateurs de la savate en Lorraine : il a créé son club en 1977 à Woippy, il l’entraîne encore à ce jour. Quel âge a-t-il ? Jugez-en vous-même : c’est le plus jeune d’entre nous !

À l'époque, où Jean-Marie a débuté la boxe française, on pratiquait avec un collant noir hérité de la gymnastique, le sokol, et un tee-shirt blanc. Le fouetté se donnait avec un bras protecteur, un bras équilibrateur, et en quatre temps s'il vous plaît, c’était encore la méthode Charlemont ! Il faut dire, pour compléter le tableau, que Jean-Marie portait alors barbe et moustache, dans la grande tradition des pratiquants de savate, ainsi que de magnifiques bretelles qu'il arborait à l'entraînement. Sa carrure impressionnait, comme elle impressionne toujours — 1,85 m quand même ! —, et il payait de sa personne en compétition comme à la salle.

Jean-Marie arbore une carrière de compétiteur honorable puisqu'il a été en 1983 vice champion de France deuxième série (c'est ainsi qu'on appelait autrefois les championnats de France honneur, devenu récemment « élites B »). L'année suivante, en première série, en « combat total », comme on disait alors, il atteignait les demi-finales des championnats de France, en catégorie lourd.


Moniteur de boxe française en 1980, professeur en 1991, Jean-Marie Watiez a obtenu le brevet d'État en 2006. Responsable des arbitres et des compétitions de la ligue de Lorraine, Jean-Marie est aussi le président du comité départemental de la Moselle. Il reste toujours partant pour boxer comme il l’a fait récemment à la compétition des « Vieilles Savates ». Et on l’a aussi souvent vu dans le coin d’une championne du monde de savate, une certaine Emilie Schaeffer. Certains chuchotent que Jean-Marie s’essaie à présent à la canne de combat et qu’il prépare même le monitorat de canne de combat. A croire que ce natif de Turckheim — eh oui, Jean-Marie est né à Turckheim, il nous vient de l’autre côté des Vosges — à croire qu’il a essayé de s’appliquer la devise des seigneurs de son village natal : « Plus est en toi ».

Quoi d’étonnant qu’en voyant cet aimable colosse, ce combattant si bon vivant, en voyant ce monument de la savate lorraine, quoi d’étonnant que plus d’un, plus d’une, demande à visiter. Jean-Marie, toujours bon garçon, avec la gentillesse et la bonne humeur qui le caractérisent, ouvre toujours la porte de sa salle et prodigue ses conseils, généreusement et gratuitement. Car Jean-Marie fait partie des remarquables dévoués, de ceux qui œuvrent pour les autres : c’est aussi le sens de votre engagement dans votre commune de Fèves, Monsieur le Maire Adjoint.


Car Jean-Marie a, dès ses débuts contracté le virus du bénévolat avec celui de la transmission des savoirs, la passion de l’enseignement, de l’encadrement. Dévoué pédagogue, Jean-Marie a formé des centaines de boxeurs et de boxeuses. Il a depuis longtemps perdu le décompte des innombrables arbitres, des initiateurs, des moniteurs, des gants jaunes et des GAT1 formés au club ou à la ligue, ou examinés à Woippy, là où il est connu de tous.

Avec la médaille d’argent de la Jeunesse et des Sports, Jean-Marie WATIEZ accède à un nouveau degré de reconnaissance de son remarquable engagement bénévole. Mais ce que je vais vous demande de saluer par vos applaudissements, c’est avant tout 35 années de boxe-française, 35 années de boxe française heureuse, au service des autres, de sa ville, de son département, de sa région et de sa discipline. Bravo à toi, Jean-Marie !


Marc SCHAEFFER

C’est maintenant à son complice, à celui qui fut son élève que nous allons rendre honneur.

Marc SCHAEFFER, s’est essayé dans un premier temps au karaté. Puis, souhaitant sans doute un peu plus de contacts, en 1982, il est allé apprendre la savate auprès d'un certain géant, un Woippisien que vous connaissez, je l’espère un peu mieux maintenant. Elevé à la rude école de Jean-Marie WATTIEZ, Marc a appris à savater puis a marché sur les traces de son maître. Il a suffit d’un « Tu devrais essayer ça ! » et Marc SCHAEFFER s’est lancé dans l’arbitrage. C’est depuis plusieurs années Marc qui assume le rôle de responsable de l’arbitrage pour les quatre régions du secteur Est, Bourgogne, Lorraine, Alsace et Franche-Comté.

Marc s’est formé ensuite à l’enseignement en devenant moniteur de savate en 1985, puis professeur en 1991, BEES1 en 2005 et BEES2 en 2006. Aujourd’hui, comme Délégué Technique de Ligue, Marc est responsable de la formation de tous les formateurs de savate en Lorraine.


Marc SCHAEFFER a ouvert un club à Thionville en 1985, l’année de son monitorat. Le club de Thionville, habitué aux forts effectifs dès le début des années 90, a récemment quitté sa salle de Beauregard pour la halle des sports de la Milliaire. Alors que le nombre d’inscrits par club est de 54 en moyenne, le club de Thionville dépasse déjà aujourd’hui, et pour la deuxième année consécutive, le nombre de 300 licenciés. C’est l’un des cinq premiers clubs de France et c’est à ma connaissance le seul capable d’offrir à chaque entraînement cinq rings à plus d’une soixantaine de passionnés de savate pratiquant simultanément et à l’aise. Mais malgré le nombre de pratiquants, le club Thionville n’est en rien une usine de sport. C’est un haut lieu d’amitié sportive, de convivialité et d’hospitalité, comme nous le vérifions tous avec grand plaisir plusieurs fois par an.


Marc SCHAEFFER a souhaité, comme tout moniteur qui se respecte, encadrer un jour en compétition. Aujourd’hui, les compétiteurs du club peuvent s’exprimer en savate, en full contact, en kick boxing au meilleur niveau national, ce qu’incarne Emilie SCHAEFFER, fille de Marc et boxeuse depuis toujours, championne du monde de savate en assaut en titre.

Alors, je vous interpelle : qu’en est-il de cet homme ? Certes, il a été formé à bonne école, mais aurait-il le pouvoir de tout changer en or ? Comment expliquer une telle réussite ?

Tout tient en deux mots : travail acharné, goût de l’organisation.


Chacun peut admirer le travail de Romain qu’abat Marc SCHAEFFER en Lorraine : huit années de Présidence de Ligue, de 1996 à 2004, suivies de 6 années de Délégation technique en titre de 2004 à 2010. Il est vrai que Marc assurait déjà cette fonction avec son équipe au sein de la ligue de Lorraine alors qu’il en était encore président. Encore une broutille et n’en jetons plus : Marc est aussi le Trésorier du CD 57, même si nous le connaissons essentiellement comme notre Délégué technique de ligue.

Les fonctions d’un Délégué technique de ligue sont triples : elles se résument à trois domaines d’action, l’arbitrage, la compétition et la formation en savate et dans les disciplines associées. Dans ces trois domaines, les choses sont cadrées et carrées. Rien n’est laissé au hasard, car Marc garde de ses années de président de ligue ce qu’on appelle en politique « une vision » et de ses compétences professionnelles une capacité d’administration et d’organisation. Sa vision comprend le renouvellement des cadres et des techniciens, et nous sommes heureux d’accueillir au sein de l’équipe des formateurs des jeunes, les nouveaux diplômés sportifs.

Sa vision s’exprime au service du sport dans une grande générosité, avec un élan qui ne s’explique pas mais que nous partageons tous à des degrés divers : c’est la Passion, la Passion de notre discipline, la boxe française savate, et celle du sport en général. C’est cela que la médaille qui est décernée aujourd’hui récompense.

Je vous demande à présent, dans cette magnifique salle qui est un peu le symbole de son engagement, de son travail, et du lien qu’il a su créer dans son club et au dehors par sa Passion, je vous demande d’applaudir en Marc SCHAEFFER, vingt-huit années de dévouement à la cause de la savate et du sport. Bravo à toi Marc !


Rédaction, J KOMORN

thionville20282002202010201mr.jpg

ce site a été créé sur www.quomodo.com